Louis Valtat 1869 - 1952

Catalogue de l’oeuvre

Lorsqu’en juin 1886 (il n’a pas encore dix sept ans) Louis Valtat postule à son admission à l’École des Beaux Arts, c’est le peintre Charles Gosselin qui le présente comme étant son élève.

Le jeune Valtat peignait donc déjà avant son admission à l’École, sûrement encouragé par son père François Victor qui lui-même pratiquant la peinture de paysages en amateur, avait participé au premier Salon des Indépendants de 1884, exposant une “Marine” à côté de Seurat, Odilon Redon, Guillaumin, Cross, Angrand… 

A l’École des Beaux Arts Louis Valtat a comme professeurs Gustave Boulanger, Jules Lefebvre et plus tard Benjamin Constant ; contrairement à ce qui est généralement indiqué, Louis Valtat n’a pas été élève dans l’Atelier de Gustave Moreau.

Il est lauréat du prix Jauvin d’Attainville en 1890, la peinture objet du prix, conservée par l’École des Beaux Arts, ne peut donner cependant une idée de la personnalité du récipiendaire obligé de se soumettre quelque peu aux vues de ses maîtres.

Etude pour Prix Jauvin d'Attainville, 1890

Etude pour Prix Jauvin d’Attainville, 1890

Le travail que Valtat a pu réaliser au cours de son adolescence ne pouvant à ce jour s’identifier comme étant de cette époque, La lettre, datée 89, (Musée de Bernay) peut servir de pierre angulaire au Catalogue de l’œuvre de Louis Valtat pour les datations antérieures, contemporaines ou postérieures.

la_lettre-2

La lettre 1899

L‘une des dernières peintures que Valtat réalise alors qu’il a pratiquement perdu la vue, porte la date 48 du siècle suivant.

C‘est donc sur une durée d’environ soixante ans que Valtat s’est adonné à la pratique de son art, laissant à la postérité un grand nombre d’oeuvres dont certaines après son décès, ont été intitulées, situées ou datées de manière erronée au gré des expositions ou des ventes.

Beaucoup de peintures ont été datées péremptoirement et parfois situées de manière inexacte par Jean Valtat dans un répertoire édité en 1977, livre qui apparaît aujourd’hui d’autant plus obsolète que bon nombre d’oeuvres importantes n’y figurent pas comme La lettre, 1889.

Aussi il est indispensable de remettre un peu d’ordre !

Réaliser un classement rigoureux avec les datations les plus exactes qu’il soit possible de donner, mentionner les expositions, ou indiquer les grandes collections dans lesquelles les oeuvres ont figuré, sont les exigences retenues pour la réalisation du Catalogue de l’œuvre actuellement en préparation.

Pour qu’une œuvre puisse figurer dans le Catalogue, merci de bien vouloir adresser photos et renseignements à :

Catalogue Valtat
17 Rue du Bérange
F – 34670 St Brès